Tags: vin

FETE DES VENDANGES 2019

  FETE DES VENDANGES 2019
Comme nous l’avions déjà expérimenté en 2016, nous avons organisé cette année en partenariat avec le Bar-Cave un grand banquet pour fêter les vendanges dans toute la rue de la Porte de la Monnaie. Ce repas convivial où 150 invités ont répondu présent nous a permis de créer un moment de partage avec nos partenaires, fournisseurs, amis, collègues et voisins.
Un grand merci à nos partenaires qui nous ont permis de réaliser ce banquet.

Photos : Dylan Legrand

 

“Marche à pied.. de vigne”

MEPcouvPiedVigne.indd

“Marche à pied.. de vigne”
Jean-Pierre Xiradakis
Editions Féret 2016,
broché 192 p
17,50 €

Tant qu’il y a de la vigne, il y a de l’espoir
Par Jean-Pierre Gené,

Parti de Bordeaux, Jean-Pierre a marché plus d’un mois à travers les vignes pour atteindre le cimetière d’Imbros, petit village crétois, où six tombes affichent le même patronyme que le sien : Xiradakis. ” Je ne recherchais rien, je n’attendais pas le Saint-Graal. Simplement connaître un peu mieux l’origine d’un nom que je porte depuis quelques décennies, et maintenant avec fierté. Ce nom avec lequel j’ai cheminé tout au long de mon parcours personnel et professionnel. Ce nom qui a été difficile à assumer dans mon adolescence, avec mes copains de ce quartier populaire d’émigrés espagnols. Ce nom qui m’a valu des quolibets au service militaire. Ce nom à consonance exotique pour certains mais qui a forgé ma personnalité. ” Il vient de publier le récit de ce voyage, prétexte à un déjeuner virtuel où l’on se nourrit de sandwichs et d’omelettes croisées en chemin et arrosés de vins modestes.
Jean-Pierre Xiradakis est aujourd’hui une figure connue et estimée sur la place de Bordeaux et le patron du restaurant La Tupina (” la marmite “, en basque), ouvert en 1968 dans un local acheté 700 francs porte de la Monnaie, un quartier d’immigrés que le bourgeois prenait soin d’éviter. Ils y sont tous venus depuis, dans cette rue devenue gourmande et jolie où, sous son impulsion, se côtoient désormais restaurants, bistrots, épicerie, caviste, chambres d’hôte. Fin dégustateur de flacons, locavore avant l’heure, ardent défenseur des produits et de la cuisine de ce Sud-Ouest qu’il arpente sac au dos depuis des décennies, il a choisi, à bientôt 70 ans, de partir à travers les vignes à la recherche de leurs racines et des siennes.
” Seule la marche, parce qu’elle est une vraie liberté, un abandon confiant, permet de goûter pleinement à ce que perçoivent nos cinq sens en permanence sollicités. Il n’y a plus de samedi ni de dimanche. Il n’y a que des jours qui défilent, une manière différente, plus profonde, de vivre les heures, les saisons, les rapports humains, les odeurs, dont la sienne propre. On se vide l’esprit pour vivre totalement. ”
De GR 6 en GR 77, de départementale en voie romaine, à pied, en stop, en bus, en train, en bateau, à mesure qu’il s’éloigne de Bordeaux, ” le restaurateur de Gironde disparaîtra au profit d’un voyageur -anonyme comme les autres. Dans le même temps, les vins rencontrés vont évoluer, de celui influencé par le marketing vers le vin sublime : celui de l’instant, celui qui nous surprend, celui qui transforme notre rêve en réalité. Bref, celui de l’émotion. ”
le vin comme ” vérité d’un terroir ”
Jean-Pierre Xiradakis a tout goûté, le meilleur comme le pire. Il connaît le vignoble bordelais cep par cep et ses vignerons par leur prénom. La fabrique et le commerce des vins n’ont guère de secrets pour lui. De Shanghaï à New York, il en a beaucoup vu et appris, mais, au cours de ce voyage, il va se poser la bonne question : ” Qu’est ce qu’un bon vin ? ”
En passant par Cahors, Gaillac, le Minervois, les Baux-de-Provence, le Thoronet, la Ligurie et la Toscane, son jugement s’est transformé : ” Je mets le nez dans le verre avec davantage d’humilité et de circonspection. Je ne recherche plus uniquement le grand inaccessible, mais plus simplement la vérité d’un terroir et de l’homme qui a façonné la vigne avec ses convictions et son savoir. Pierre Coste, dans Les Révo-lutions du palais, parlait du «vin voulu ou du vin subi». Je suis désormais dans le vin voulu. ”
De cette autobiographie vino-perso où l’auteur ne se met jamais en colère – même lorsqu’on lui refuse une tranche de rôti de porc – se dégage un profond respect de la nature et de ceux qui préfèrent la cultiver plutôt que l’exploiter. D’étape en étape, il dresse le portrait de ces gens-là et de leur passion pour la vigne. Cette vigne qui, dans les profondeurs de la terre, a croisé quelque part des racines crétoises pour produire un cépage unique : le Xira (dakis) marcheur.”

Par Jean-Pierre Gené,
Le Monde Style,
12 juillet 2016

Des Trésors à la Cave

Nous avons ouvert la malle aux trésors et souhaitons partager avec vous ces bouteilles en vous les proposant au prix des côtes que nous avons pu évaluer.
Ces vins qui ont été longtemps oubliés ont été conservés à bonne température et si les étiquettes sont parfois très fatiguées, health physician le breuvage qui a fait patience durant tant d’années ne demande plus qu’à être enfin bu ! Bien plus que le liquide, look c’est le moment qui crée l’expérience, le plaisir de goûter ce que des mains ont confectionné il y a plus d’un demi siècle…

VINS TRESORS

Ch. Laroque, St Emilion, 1966, 100€
Ch. Prieuré Lichine, Margaux, 1966, 160€
Ch. Fonroque, St Emilion, 1971, 90€
Ch. Pessan, Graves, 1947, 120€
Ch. Chasse Spleen, Moulis, 1961, 400€
Ch. Coutet, Sauternes, 1961, 130€

Les vins ouverts ne seront ni repris ni échangés.
Les tarifs sont appliqués “sur place” ou “à emporter”.

Au Café Tupina, une carte des Vins “SO Femmes de Bergerac”

Le Café Tupina fait désormais une place d’honneur aux femmes du Bergerac qui ont composé la carte des vins. Une vingtaine de bouteilles à partir de 9 euros ont été sélectionnées, nous vous attendons pour les déguster !

carte vin bergerac recto carte vin bergerac verso

Le Vignoble de Bergerac

Le vignoble de Bergerac, ce sont 5 couleurs de vin et 13 appellations d’origine contrôlée: autant dire que chacun y trouvera son compte!
1200 producteurs cultivent 12500 hectares de vignes pour une production moyenne annuelle de 570000hl. Le vignoble est très ancien: plus de 2000 ans!
Les terroirs y sont très variés: une véritable mosaïque avec ses déclinaisons de sols argilo-calcaires et de graves. Le climat, plutôt continental, est tout à fait propice à l’épanouissement du vignoble. Les principaux cépages cultivés sont:
– en blanc: sémillon, sauvignon et muscadelle
– en rouge: merlot, cabernet franc, cabernet sauvignon, et malbec.
Vous trouverez à Bergerac des vins rouges de qualité à des prix très accessibles avec de vraies pépites parmi les appellations Côtes de Bergerac, Pécharmant et Montravel. En blanc, là encore le choix est vaste des Bergerac secs aux liquoreux d’exception de Monbazillac, Saussignac et Rosette en passant par les très appréciés moelleux en Côtes de Bergerac.

http://www.vins-bergerac.fr/

L’association SO FEMME ET VIN

“SO Femme & Vin est une association loi 1901 à but non lucratif créée le 27 mai 2014. C’est le premier réseau professionnel de femmes de vin du Sud-Ouest. Nos adhérentes sont vigneronnes, oenologues, techniciennes du vin, chargées de communication, sommelières ou commerciales. Elles ont toutes en commun le fait d’être impliquées professionnellement et à titre principal dans la production, la vente ou la promotion des vins du Sud-ouest.”

http://www.sofemmeetvin.fr/l-association/

Château Phélan Ségur (version longue)

Niché sur les hauteurs de la prestigieuse appellation Saint-Estèphe, et faisant face à l’estuaire de la Gironde — lequel lui apporte son oxygène et son micro climat bienfaiteur -, Phélan-Ségur est un cru au bien joli pedigree. Les premiers pas viticoles significatifs de cette élégante propriété de style néo-classique se font dès la fin du XVIIIème siècle lorsqu’un jeune irlandais et courtier en vin, Bernard Phélan, décida de s’installer à Bordeaux. Motivé pour produire ses propres vins, il réussit à acquérir, avec le soutien de son beau-père Daniel Guestier (grand négociant de la Place de Bordeaux) deux propriétés : le « Clos de Garramey » en 1805 puis, cinq ans plus tard, le domaine Ségur de Cabanac. C’est son fils, Franck Phélan, qui, à partir de 1841, réunit les deux propriétés pour n’en faire plus qu’une seule : Phélan Ségur. Mettant tout en œuvre pour la renommée de son cru et de ses vins, Franck Phélan fut un propriétaire charismatique, rigoureux et passionné par ses terres. Plus d’un siècle et demi plus tard, le château comme le parcellaire purent à nouveau retrouver tout leur éclat pour laisser s’exprimer les qualités intrinsèques de ces 70 hectares de vignes fortement marquées du sceau royal « cabernets ». A la cession des champagnes Pommery et Lanson dont elle était propriétaire, une famille de champenois, la famille Gardinier, tomba amoureuse de Phélan Ségur. Elle l’acquit en 1985. Xavier Gardinier et ses trois fils devinrent donc les nouveaux gardiens de ce

Château Phélan Ségur – Episode 1

Niché sur les hauteurs de la prestigieuse appellation Saint-Estèphe, et faisant face à l’estuaire de la Gironde — lequel lui apporte son oxygène et son micro climat bienfaiteur -, Phélan-Ségur est un cru au bien joli pedigree. Les premiers pas viticoles significatifs de cette élégante propriété de style néo-classique se font dès la fin du XVIIIème siècle lorsqu’un jeune irlandais et courtier en vin, Bernard Phélan, décida de s’installer à Bordeaux. Motivé pour produire ses propres vins, il réussit à acquérir, avec le soutien de son beau-père Daniel Guestier (grand négociant de la Place de Bordeaux) deux propriétés : le « Clos de Garramey » en 1805 puis, cinq ans plus tard, le domaine Ségur de Cabanac. C’est son fils, Franck Phélan, qui, à partir de 1841, réunit les deux propriétés pour n’en faire plus qu’une seule : Phélan Ségur. Mettant tout en œuvre pour la renommée de son cru et de ses vins, Franck Phélan fut un propriétaire charismatique, rigoureux et passionné par ses terres. www.millesima.fr

En Janvier au Bar Cave

Tous les vendredis soir (de 19h30 à 22h30), nous vous proposons de découvrir un château présenté par son propriétaire. A cette occasion, un verre vous sera offert au cours de votre dîner. Les prochaines dégustations auront lieu les : -Vendredi 21 janvier “Chateau La Rame” -Vendredi 28 janvier “Chateau De Laville” -Vendredi 4 février ‘Chateau De Marsan” (Premières Côtes de Bordeaux)

Primeurs 2009 – château Montrose: interview Nicolas Glumineau

Château Montrose nous a accordé un entretien pour nous parler de la manière dont la propriété et ses équipes ont vécu le millésime 2009 et la façon dont celui-ci s’est exprimé dans les vins de Montrose et de la Dame de Montrose Entretien avec Nicolas Glumineau Retrouvez les vins en Primeurs de cette propriété sur: www.millesima.fr Copyright © avril 2010 Millésima SA

Primeurs 2009 – château Angélus: interview Hubert de Boüard de Laforest

Château Angélus nous a accordé un entretien pour nous parler de la manière dont la propriété et ses équipes ont vécu le millésime 2009 et la façon dont celui-ci s’est exprimé dans les vins d’Angélus et du Carillon de l’Angélus. Entretien avec Hubert de Boüard de Laforest Retrouvez les vins en Primeurs de cette propriété sur: www.millesima.fr Copyright © avril 2010 Millésima SA