Tags: chasseurs

Le Potiron Bleu n°11 – Hiver 2016 – 2017

le-potiron-bleu-hiver-2016-2017

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs

On devrait toujours se méfier des guerres contre les symboles, hospital les foulards agités vers un ennemi qui prend toute la place, dédouanant tous les autres, cachant toutes ses ramifications et les complexités de ses torts. On regarde les chasseurs d’un œil torve, on focalise sur la muleta, puis on écarquille les yeux devant les vidéos de l’abattage industriel… Le regard est perpétuellement attiré vers un point précis, un combat pour l’exemple, une image forte, un symbole à détruire. La modernisation de notre société se nourrit de ces combats. Mais sont-ils toujours justes ? Les traditions sont-elles les ennemies de notre modernité aujourd’hui..?
Les traditions du Sud-Ouest donnent la nausée à n’importe quel écologiste : foie-gras, ortolans, tauromachie… Pour le bien-être animal, il va falloir cesser. Cesser de les orchestrer, de les élever, de les gaver, de les tuer et de regarder leur mort, de les manger. Il y aurait alors des plaisirs immenses qui disparaîtraient de notre civilisation mais quel argument..! Certains ont dû le dire de l’esclavage… La planète finirait-elle par se nourrir uniquement de légumes non traités et les animaux nous envahiraient-ils de leur présence ? Le pari aurait du panache mais la probabilité pour que la race humaine devienne végétarienne dans les siècles à venir semble limitée.
Le terroir du Sud-Ouest est une terre de viandes, de gibiers, d’élevages. Un terre migratoire, pour les oiseaux et pour les hommes, où les traditions des uns se sont agrégées aux traditions des autres. Le patrimoine culinaire est une des richesses de notre région. L’animal a eu dans l’histoire du pays une place de choix, dans la ferme, dans l’assiette, dans l’arène. Le Sud-Ouest peut avoir l’air de représenter un hédonisme gascon un peu barbare et archaïque mais qui ne l’est pas tant. Lorsqu’on s’attaque aux images faciles de la souffrance de l’animal, on s’inflige souvent des œillères sur tout le reste. Quand il y a une main qui nourrit ou qui gave, qui élève, qui chasse, qui tue une bête, elle aura été dirigée avec respect, connaissance et reconnaissance. L’industrialisation de la production de viandes n’a-t-elle pas été la plus grande violence faite à la condition animale depuis toujours ? La chasse à l’ortolan, tolérée en France mais dont les gestes en cuisine se perdent déjà, contraint le pays à un deuxième avertissement de la Commission Européenne qui en demande l’interdiction. Le chasseur landais devient l’ennemi à abattre pour préserver l’ortolan. Les groupes de pression pour la défense des oiseaux migrateurs en guerre contre les chasseurs, c’est les écolos des villes qui combattent les écolos des champs. Alors que le changement climatique menace l’extinction d’une espèce animale sur six, on s’empêche, entre humains de la même espèce, de décoller nos yeux du petit bout de la lorgnette de petites guerres injustes où le bien-être animal ne gagne rien.

Pour consulter le Potiron Bleu dans son intégralité : Potiron Bleu n°11