Tags: bordeaux

MENU DU JOUR – Mercredi 20 septembre 2017 – RUE GOURMANDE

TupinaLogo

MENU DU JOUR
Mercredi 20 septembre 2017
18€
hors boissons

ŒUFS PIPERADE

***

AIGUILLETTES DE CANARD
ET SES PETITS LÉGUMES

***
CAFÉ ET
GROSSE MERVEILLE

KuzinaLogo


MENU DU JOUR
Mercredi 20 septembre 2017
18 € le midi/21 € le soir
hors boissons

SAUMON MARINÉ
AU SOJA ET SÉSAME

***

CÔTELETTE D’AGNEAU
SAUCE BORDELAISE ET
TAGLIATELLES

 ***

BROWNIE AUX NOIX

Le Potiron Bleu : Printemps 2017

banner-printemps-2017

Au sommaire de ce numéro du printemps : 
-Bordeaux, plus de six millions de touristes en 2015
-La Tue Cochon, depuis 1992 à La Tupina
-La recette du quasi de veau aux asperges par Franck Audu
-Honneur à la lamproie
-Du fait maison au resto et du fait resto à la maison ? Ubereats et Deliveroo

Pour consulter le Potiron Bleu n°12

 

LES MENUS DU JOUR – Mercredi 29 mars 2017 – Rue Gourmande

TupinaLogo

MENU DU JOUR
Mercredi 29 mars 2017
18€
hors boissons

BETTERAVES
ACIDULÉES

***

BALLOTTINE DE
VEAU PERSILLÉE
COMPOTÉE DE
POIREAUX

***

CAFÉ ET
GROSSE MERVEILLE

KuzinaLogo


MENU DU JOUR
Mercredi 29 mars 2017
18 € le midi/21 € le soir
hors boissons

 ARTICHAUT
VINAIGRETTE

***

PLIE
OU
BOUDIN

ET
COURGETTES SAUTÉES

***

CRUMBLE AUX
POMMES

ECHANGES ENTRE L’ALGERIE ET BORDEAUX

Après plusieurs voyages en Algérie qui ont suscité de nombreuses rencontres et d’échanges, nous avons mis en place un partenariat, sous l’égide du Collège Culinaire de France, des Instituts Français en Algérie et de l’opération “Goût de France”.

Depuis début janvier et jusqu’à fin février, nous accueillons dans nos équipes trois stagiaires algériens qui ont pu se former dans trois établissements associés pour cette manifestation :

La Fabrique, Pains et Bricoles / Le Restaurant Julien Cruège / La Tupina et Kuzina

Le 7 février, ce sont eux qui nous ont fait découvrir leur patrimoine culinaire en préparant chacun un couscous de leur région. Une vingtaine d’invités nous ont fait le plaisir de leur présence, et notamment le consul d’Algérie à Bordeaux, Monsieur Mohammed Kamal ALOUI qui nous a fait la gentillesse d’être présent.

Nous souhaitons remercier chaleureusement nos trois stagiaires qui ont eu la curiosité de découvrir le travail que nous effectuons à Bordeaux dans nos établissements : Merci à Amine MANSOUR-BOUNAB (Constantine), Merci à Mohammed DJEBBAR (Oran) et Merci à Hadj-Miloud TOULA ! Vive l’Algérie et Vive la France !

 

LES MENUS DE LA SAINT VALENTIN – LA TUPINA ET KUZINA

hearts-37308_1280

 

MENU SAINT VALENTIN DE LA TUPINA
59€ par personne

MARBRÉ DE FOIE-GRAS
À LA TRUFFE

♥♥

COQUILLES SAINT-JACQUES

♥♥

PIGEON À LA CACAHUÈTE
ET VIEUX LÉGUMES
POÊLÉS AU BEURRE

OU

LOTTE BRAISÉE
CANNELLONI AUX LÉGUMES

♥♥

DESSERT TOUT
CHOCOLAT

 

MENU SAINT VALENTIN DE KUZINA
55€ par personne

TARTARE DE SAUMON FUMÉ
ET SAINT-JACQUES

♥♥

PLATEAU DE FRUITS DE MER
HOMARD, TOURTEAU,
LANGOUSTINES, CREVETTES,
HUÎTRES

♥♥

SOUFFLÉ GLACÉ
AU FRUIT DE LA PASSION

 

menus-fetes-sur-reservation

 

 

SOIREES A LA GRECQUE A KUZINA LES 20, 21, 22, 25 OCTOBRE 2016

rebetikokuzina2016web

A Kuzina, mind nous vous proposons une séries de soirées « à la grecque » avec une carte unique et spéciale. Ambiance de taverne aux sons du rebetiko, les athéniens seront là jeudi 20, vendredi 21, samedi 22 et mardi 25 octobre pour nous faire voyager en terres hellènes.

A partir de 19h / Sur réservation : latupina@latupina.com / 05.56.91.56.37

Menus de taverne entre 20€ et 30€ / pers

A table, “à la grecque” signifie que les plats sont tous à partager et arrivent au fur et à mesure. Chacun pioche dans ce qui lui fait envie, recommande si il faut, prend le temps…
???? ????? !

Assortiment de Mezzés, 15 €
Féta, olives, tzatziki, houmous à la betterave, pain doré origan, beignets de fromage
Calamars frits, 7 €
Feuilleté de Féta au miel 8 €
Grande Salade Grecque 9 €

Merlan au citron et aux olives (prix à définir selon arrivage)
Côtelettes d’agneau 40 € / kilo
Légumes vapeur à l’origan 6 €
Champignons rôtis au citron 6 €

Bière 1664 (33cl) 3.5 €
Eau minérale Badoit / Evian (1l) 4 €

Pour les musiciens, merci de penser à laisser quelque chose en partant dans la boîte prévue à cet effet (6€ / personne conseillé, selon les moyens de chacun)

Dimitris Koutsiaftis, bouzouki
Georgios Chatzopoulos, guitare
Sonia Baxevani, accordéon et chant
Xristina Koutsiafti, chant et cuillères

La Rue Gourmande a fêté les Vendanges

dsc_0628bd

Vendredi 30 septembre, la Rue Gourmande (rue Porte  de  la Monnaie à Bordeaux) a fêté cette année encore les  vendanges , moment fort  des  saisons bordelaises. Sous l’impulsion  de   Pauline Xiradakis , gérante  de   La Tupina Kuzina  et  Maison Fredon , les nouveaux commerces  de  la rue ont uni leurs forces pour créer ce bel événement gratuit.  Le Taquin  mené par  Fabrice Thibaut  (1, Quai Ste Croix) et  Le Bar Cave , dirigé par  Hervé  de  Chaurand  (34, rue Porte  de  la Monnaie) ont donc rejoint les anciens pour cette édition 2016, une « Rue Gourmande » qui mérite bien son nom.

dsc_0624bd

Plus  de  200 personnes ont répondu favorablement à l’invitation. Le dîner fut un moyen plaisant et sympathique  de  créer un moment  de  rencontres entre les habitants du quartier, les producteurs qui travaillent en collaboration avec les enseignes  de  la rue, les familles  des  employés… Le groupe  Buddy Jazz Band , qui répète rue Porte  de  la Monnaie, était bien évidemment convié à créer une belle ambiance musicale.

La grande tablée, dressée dans toute la rue, a accueilli ses convives à 19h. Le menu, concocté par Le Taquin, La Tupina, Kuzina et le Bar Cave était composé d’une terrine  de campagne, d’une ballottine  de  poulet aux raisins et aux girolles, d’un gros chou à la crème et au caramel beurre salé et  des  vins offerts par la maison  Castel  et  André Lurton .

dsc_0659bd

Ce repas réussi n’aurait pu avoir lieu sans le soutien  des  partenaires 

La Fromagerie Jean d’Alos / La Charcuterie Bordelaise / Lacassagne / Samaran / Terre Azur – Pomona / La Fabrique Pains et Bricoles / Transgourmet

Et l’autorisation de la Mairie de Bordeaux de fermer la rue lors de l’événement. 


Photos : Marion Monedi 

“Marche à pied.. de vigne”

MEPcouvPiedVigne.indd

“Marche à pied.. de vigne”
Jean-Pierre Xiradakis
Editions Féret 2016,
broché 192 p
17,50 €

Tant qu’il y a de la vigne, il y a de l’espoir
Par Jean-Pierre Gené,

Parti de Bordeaux, Jean-Pierre a marché plus d’un mois à travers les vignes pour atteindre le cimetière d’Imbros, petit village crétois, où six tombes affichent le même patronyme que le sien : Xiradakis. ” Je ne recherchais rien, je n’attendais pas le Saint-Graal. Simplement connaître un peu mieux l’origine d’un nom que je porte depuis quelques décennies, et maintenant avec fierté. Ce nom avec lequel j’ai cheminé tout au long de mon parcours personnel et professionnel. Ce nom qui a été difficile à assumer dans mon adolescence, avec mes copains de ce quartier populaire d’émigrés espagnols. Ce nom qui m’a valu des quolibets au service militaire. Ce nom à consonance exotique pour certains mais qui a forgé ma personnalité. ” Il vient de publier le récit de ce voyage, prétexte à un déjeuner virtuel où l’on se nourrit de sandwichs et d’omelettes croisées en chemin et arrosés de vins modestes.
Jean-Pierre Xiradakis est aujourd’hui une figure connue et estimée sur la place de Bordeaux et le patron du restaurant La Tupina (” la marmite “, en basque), ouvert en 1968 dans un local acheté 700 francs porte de la Monnaie, un quartier d’immigrés que le bourgeois prenait soin d’éviter. Ils y sont tous venus depuis, dans cette rue devenue gourmande et jolie où, sous son impulsion, se côtoient désormais restaurants, bistrots, épicerie, caviste, chambres d’hôte. Fin dégustateur de flacons, locavore avant l’heure, ardent défenseur des produits et de la cuisine de ce Sud-Ouest qu’il arpente sac au dos depuis des décennies, il a choisi, à bientôt 70 ans, de partir à travers les vignes à la recherche de leurs racines et des siennes.
” Seule la marche, parce qu’elle est une vraie liberté, un abandon confiant, permet de goûter pleinement à ce que perçoivent nos cinq sens en permanence sollicités. Il n’y a plus de samedi ni de dimanche. Il n’y a que des jours qui défilent, une manière différente, plus profonde, de vivre les heures, les saisons, les rapports humains, les odeurs, dont la sienne propre. On se vide l’esprit pour vivre totalement. ”
De GR 6 en GR 77, de départementale en voie romaine, à pied, en stop, en bus, en train, en bateau, à mesure qu’il s’éloigne de Bordeaux, ” le restaurateur de Gironde disparaîtra au profit d’un voyageur -anonyme comme les autres. Dans le même temps, les vins rencontrés vont évoluer, de celui influencé par le marketing vers le vin sublime : celui de l’instant, celui qui nous surprend, celui qui transforme notre rêve en réalité. Bref, celui de l’émotion. ”
le vin comme ” vérité d’un terroir ”
Jean-Pierre Xiradakis a tout goûté, le meilleur comme le pire. Il connaît le vignoble bordelais cep par cep et ses vignerons par leur prénom. La fabrique et le commerce des vins n’ont guère de secrets pour lui. De Shanghaï à New York, il en a beaucoup vu et appris, mais, au cours de ce voyage, il va se poser la bonne question : ” Qu’est ce qu’un bon vin ? ”
En passant par Cahors, Gaillac, le Minervois, les Baux-de-Provence, le Thoronet, la Ligurie et la Toscane, son jugement s’est transformé : ” Je mets le nez dans le verre avec davantage d’humilité et de circonspection. Je ne recherche plus uniquement le grand inaccessible, mais plus simplement la vérité d’un terroir et de l’homme qui a façonné la vigne avec ses convictions et son savoir. Pierre Coste, dans Les Révo-lutions du palais, parlait du «vin voulu ou du vin subi». Je suis désormais dans le vin voulu. ”
De cette autobiographie vino-perso où l’auteur ne se met jamais en colère – même lorsqu’on lui refuse une tranche de rôti de porc – se dégage un profond respect de la nature et de ceux qui préfèrent la cultiver plutôt que l’exploiter. D’étape en étape, il dresse le portrait de ces gens-là et de leur passion pour la vigne. Cette vigne qui, dans les profondeurs de la terre, a croisé quelque part des racines crétoises pour produire un cépage unique : le Xira (dakis) marcheur.”

Par Jean-Pierre Gené,
Le Monde Style,
12 juillet 2016